Vers un séparatisme d'Etat ?

Par Laurent GUILLAUMÉ

Publié le 12 Juillet 2021 à 21h00 , mise à jour le 12 Juillet 2021 à 21h39

L'édito du soir sur info-chalon.com

L'exercice présidentiel de ce lundi soir se révèle plein d'ambiguités au sens propre du terme. En mettant clairement dos à dos, les vaccinés face aux non-vaccinés, Emmanuel Macron a instauré ce lundi soir une forme de séparatisme d'Etat. Une rupture de citoyenneté finalement, mettant sur le banc des accusés les non-vaccinés, n'ayant pas peur des mots et c'est sans doute là une vraie rupture dans un discours de chef d'Etat. Entendons-nous bien ! Loin de nous de vouloir prendre parti pour un camp ou pour un autre, mais soit la France reconnaît la liberté de vaccination  (ce qui semble toujours être le cas officiellement) et ne peut interdire aux citoyens de pratiquer telle ou telle activité, au risque de venir s'attaquer aux libertés publiques qui constituent le fondement de notre vivre-ensemble, soit la France instaure la vaccination obligatoire pour tous avec la responsabilité qui en découle et chacun se plie à la règle commune. 

Sauf que ce soir, Emmanuel Macron a lancé un pavé dans la mare, au point de créer une rupture dont la France n'a vraiment pas besoin, encore moins après des mois de contexte sanitaire et social qui ont véritablement tendu les choses. Dès ce soir, les réactions politiques devraient pleuvoir, d'autant plus avec un contexte électoral qui va clairement tendre les prochains mois, au lendemain d'un record d'abstentions aux élections régionales et départementales. 

Un exercice présidentiel qui nous laisse sur notre faim finalement.