TRIBUNAL DE CHALON - « Il doit penser que ce sont tous des cas sociaux, des déclassés, qui biturent au gros rouge ! »

Dans la nuit du 15 au 16 février, soit vendredi dernier, Fabien X a quitté sa place de stationnement vers la gare de Chalon sans mettre son clignotant. Il sortait d’une soirée et s’apprêtait à faire une vingtaine de km pour rentrer chez lui. La patrouille de police qui le voit le contrôle : alcoolémie à 1,48 g en phase ascendante, un récidiviste qui n’était pas venu à son jugement à l’automne, permis annulé. Daï daï, garde à vue, présentation au juge des libertés et de la détention dans la foulée parce que le week-end arrive, et au trou. Vendredi soir, Fabien X dort à Varennes, et hier lundi 19 février il comparaît flanqué d’hommes de l’ARPEJ*.


Chez Court’ea CREDITS Chalon/Saône, c’est GRATUIT !

Sem Val de Bourgogne : A vendre, terrains à bâtir à MERCUREY, à partir de 40 500 €.

TRIBUNAL DE CHALON - Pas d'assurance, pas de permis, dans un véhicule confisqué... et avec de la cocaïne !

Tous les élèves de terminale qui font philo cette année ont appris, ou vont apprendre, que les contradictions, c’est embêtant, mais que les paradoxes sont délicieux, parce qu’un paradoxe, ça se surmonte, et cette résolution débouche sur un nouveau sens, comme une trouvaille. Vincent X lui, est en train d’en vivre l’expérience, entre son passage en CRPC la semaine dernière et son jugement en comparution immédiate ce jeudi 15 février, ce qui fait de lui un grand veinard, contrairement à toutes les apparences. On comprendrait qu’il ne le ressente pas, pas encore. Il faut du temps, pour tout, et particulièrement pour changer de niveau de conscience.

TRIBUNAL DE CHALON - « Ça fait quoi de frapper une femme ? – Ça fait mal – A elle, oui »

Elle était enceinte, alors il l’a frappée « prudemment, pour pas qu’elle tombe sur le ventre ». C’était il y a 4 mois, fin septembre, à Saint-Marcel, quand sa mère à lui les hébergeait encore. Depuis la mère a déménagé, et puis elle ne les a prévenus qu’une semaine avant, alors ils sont des soucis d’hébergement, mais d’un autre côté, « on a parlé, ma femme et moi. Je suis revenu parler. Ça va beaucoup mieux. » Il est né en 1998, elle est tout aussi jeune. Son tee-shirt remonte un peu, laissant apparaître la douce courbe de son ventre rond. Le minot, le futur papa, a été jugé pour violences à l’audience correctionnelle de ce lundi 12 février.

Avec le robot de tonte iMow, les Établissements Cottet contribuent à l’augmentation de votre temps libre !

TRIBUNAL DE CHALON - 4 mois de prison ferme pour un multi-récidiviste !

S. E. tient à « remercier l’Etat français de m’avoir permis de vivre ici ». Mieux : « Je vous remercie tous de m’avoir permis de travailler en France. » Soit, mais cela n’a aucun rapport avec la choucroute : S.E., né en 75 en Turquie, passait ce jeudi 8 février en comparution immédiate pour conduite sans permis, 3 fois en 2 mois, soit 3 fois contrôlées, il semble évident qu’il y en a au d’autres.

Votre vue ne se corrige plus avec de simples lunettes ! Adressez-vous à votre spécialiste Basse Vision : Optic 2000 Chalon/Saône !

TRIBUNAL DE CHALON - Alcool et violences familiales ne font pas bon ménage

« Je suis folle, va falloir vous y faire ! » Petite, jeune, dense, cheveux courts, des coquards impressionnants à chaque œil, et la voix enragée. Elle a pris de vilains coups. Son compagnon est à la barre, on l’a placé hier sous contrôle judiciaire. La scène a eu lieu le 2 février à Etrigny, Amélie (prénom modifié) a posé plainte à la brigade de la gendarmerie de Sennecey, et puis elle a demandé à retirer sa plainte, mais « les gendarmes n’ont pas voulu », alors que « putain, mais vous comprenez pas ? Il y est pour rien ! » Elle prévient la présidente Foucault, qu’elle « commence à monter ». Elle monte, en effet, à toute blinde.

Carnaval de Chalon-sur-Saône du 23 février au 4 mars 2018 : 98ème Édition !

Jusqu’à 40% de remise* pendant les Portes Ouvertes du 19 février au 3 mars chez David Eudo à Dracy : Maîtrisez votre budget chauffage !

TRIBUNAL DE CHALON - Des braquages à la barre

Depuis novembre 2012, il a fait de la détention provisoire (sur deux périodes), mais Y. O., 28 ans, est sous contrôle judiciaire depuis avril 2014, il se présente donc libre devant la Cour d’assises de Saône-et-Loire, qui lundi 29 janvier a ouvert 4 jours de procès.

Meurtre de Châtillon sur seine... le suspect irresponsable de ses actes ?

Le procureur de la République de Dijon, Eric Mathais, a tenu ce mardi après-midi une conférence de presse aux cotés du lieutenant-colonel Claude Biller, représentant le général Olivier Kim, commandant de la région de gendarmerie de Bourgogne-Franche-Comté et du groupement de gendarmerie de la Côte-d'Or, afin de faire le point sur le meurtre qui a eu lieu ce dimanche à Châtillon-sur-Seine.

TRIBUNAL DE CHALON - A 18 ans, il avait foncé sur un gendarme avec sa moto à Givry

Il arrive que des ados aillent se confronter aux représentants de la loi pour rencontrer les limites dont ils ont besoin pour grandir, et qu’ils n’ont pas trouvé chez eux, mais celui-ci, là, du haut de ses 18 ans, a carrément, dans un instant de « panique », dit-il, renversé volontairement un gendarme, jeudi dernier à Givry, avec sa moto cross dont il avait relancé le régime plein gaz pour la peine. Les effets immédiats : un major blessé à la hanche, une comparution immédiate ce lundi 29 janvier flanqué de 4 gendarmes, dans la salle, des officiers venus au soutien d’un des leurs, et de leur corps tout entier, dont le commandant du groupement de Chalon-sur-Saône en personne.

TRIBUNAL DE CHALON - Ne pouvant pas voir des parents en prison, trois Roumains commettent des vols

Les opérations de blocage du centre pénitentiaire de Varennes-le-Grand et de la maison d’arrêt de Dijon réalisées en cette seconde quinzaine de janvier par les gardiens de prison ont eu une conséquence inattendue pour trois ressortissants roumains : leur passage devant le tribunal correctionnel de Chalon et pour le plus âgé son incarcération dans l’établissement varnois. 


TRIBUNAL DE CHALON - 
Il vole des denrées alimentaires périmées... parce qu’il avait faim

« Ne pas voler, pour quelqu’un qui a faim c’est difficile. S’il vole, c’est pour se nourrir ». Cette affirmation a été faite par Me Julien Marceau, qui défendait ce jeudi devant le tribunal correctionnel de Chalon Dylan, jugé dans le cadre d’une comparution immédiate pour deux vols commis au supermarché Atac à Buxy le 28 décembre 2017 puis le 1er janvier 2018.